Vous êtes ici

L'odyssée de Xavier et Antonin

odyssée2

Ils sont partis d’Alsace et plus précisément de Strasbourg le 11 février dernier pour parcourir plus de 25 000 kilomètres, à travers 17 pays en voiture électrique. Xavier et Antonin sont deux jeunes ingénieurs qui sillonnent l’ensemble de la planète à bord d’une Citroën C-ZERO, voiture 100% électrique. C'est un projet qui est soutenu par la Région Alsace. Ils ont déjà traversé une bonne partie de l’Europe, les Etats-Unis, et sont en Asie en ce moment même. Retrouvez ci-dessous un récit de leur traversée de la Thaïlande !

"La tension monte sur les derniers kilomètres de Malaisie qui nous séparent de la frontière thaïlandaise. La zone sud de la Thaïlande qui se trouve immédiatement après la frontière est répertoriée comme dangereuse par le ministère des affaires étrangères. C’est effectivement là que les opposants au régime thaïlandais sont les plus violents. Sans parler de guerre civile, la région connait régulièrement des attentats, notamment à l’est. Nous passons donc le plus à l’ouest possible, nous ne remarquons rien d’anormal ou de dangereux mais préférons quand même sortir de la zone à risques avant de nous recharger. Cet arrêt nous permet de souffler un peu et c’est aussi l’occasion de découvrir le passe temps de nos hôtes qui semble être de colorer leurs poussins : un rose, un vert et un violet courent autour de nous !

Laissant les poussins colorés derrière nous, nous roulons vers Bangkok, plus au nord. Le climat reste chaud et humide mais un peu plus supportable, les routes sont bordées de cocotiers, palmiers et autres bananiers. Mauvaise nouvelle, nous commençons à devoir éviter nos premiers nids de poule sur la route. Nous conduisons donc avec une vigilance accrue, d’autant plus que le nombre de scooters augmente lui aussi et ce n’est pas rare d’en voir discuter entre eux tout en roulant côte à côte sur l’autoroute.

L’hospitalité des gens que nous croisons ne cesse de nous étonner. Alors que nous ne parlons pas thaïlandais et que la plupart des personnes que nous croisons ne parlent pas anglais, ils acceptent systématiquement de nous prêter une prise (on arrive en général à se faire comprendre en montrant notre rallonge) et presque à chaque fois, ils nous offrent à manger et nous proposent souvent de dormir chez eux, et surtout, ne veulent pas entendre parler d’argent.

Parmi les multiples rencontres que nous avons faites, nous n’avons pas pu échapper à goûter au durian. C’est un fruit d’Asie du Sud Est très apprécié dans la région et dont le goût et l’odeur peuvent être très forts à tel point qu’il est souvent interdit en intérieur dans les lieux publiques. C’est aussi un des fruits les plus chers et considéré come un met de luxe. Nous avons donc goûté ce fruit mythique chez un de nos pluggers. Après un peu d’appréhension à la première bouchée, le goût est plutôt sucré même s’il reste assez longtemps dans la bouche. L’erreur que j’ai faite en tant que néophyte du durian a été d’en manger trop dès la première fois. Le goût s’intensifie jusqu’à donner une sensation d’écœurement pour ceux qui ne sont pas habitués… La prochaine fois, je me restreindrais à une ou deux bouchées !

Bangkok n’est maintenant plus qu’à quelques dizaines de kilomètres. Nous faisons une dernière recharge dans un temple bouddhiste pour être sûrs d’avoir assez d’électricité pour arriver chez la famille française qui nous héberge. Alors que nous n’avons pas encore vu de pluie depuis notre départ à Singapour, une averse aussi violente que rapide nous rappelle qu’en été en Thailande c’est la saison des pluies et que nous avons eu beaucoup de chance jusqu’à présent de ne pas avoir eu de problème de route inondée. Nous attendons quelques minutes de plus dans le temple que la pluie s’arrête puis nous reprenons la route vers la capitale. Nous ne le savons pas encore mais nous allons bientôt découvrir un des plus grands bouchons du monde : trois heures pour faire huit kilomètres. Il n’est pas raisonnable de venir en voiture à Bangkok surtout en fin de journée à l’heure où tout le monde rentre chez soi après son travail. On le saura pour la prochaine fois.

Heureusement la ville n’est pas que synonyme de bouchon, nous découvrons le centre historique la nuit le long du fleuve, entre temples et grattes ciels. Le lendemain, nous sommes invités grâce à Axa Assistance (un de nos partenaires) à la mairie de Bangkok pour déjeuner. Nous sommes y allons avec notre voiture électrique escortés par plusieurs voitures de polices et des motards, pratique pour passer à travers les embouteillages !" 

Vous pouvez suivre leurs aventures en vidéo sur leur chaîne Youtube ou par photos sur Flickr .

7498891684 48a2b5c2be_z

Partager